Victor Considérant (1808-1893)

victorconsiderant_1Victor Considérant naît en 1808, dans un milieu modestement bourgeois de Salins dans le Jura. Son père, professeur, puis principal de collège à Salins, l’envoie au collège royal de Besançon où il devance Pierre-Joseph Proudhon de quelques classes. S’y sont-ils connus ? On ne le sait pas !

C’est un élève brillant… à 18 ans, il est reçu à Polytechnique. A Paris, il rencontre Charles Fourier, qui achève son grand traité Le nouveau monde industriel et sociétaire (1829).

victorconsiderant_2L’apôtre du Fouriérisme

A Polytechnique, puis à l’école d’Application de l’Artillerie à Metz, Victor Considérant se fait le propagandiste zélé du Fouriérisme auprès de ses jeunes camarades officiers. Il démissionne de l’armée pour se consacrer exclusivement à la diffusion des idées de Charles Fourier. Il crée le journal le Phalanstère (1832), donne des conférences dans toute la France, tente de réaliser des phalanstères et publie son ouvrage majeur Destinée sociale en trois volumes (1834-1844). Il reprend, en 1836, la publication d’un journal La phalange, et dans le même temps, fait paraître un condensé théorique Le manifeste de l’école sociétaire :

La politique est la science de l’existence, de la vie des sociétés, et la connaissance des lois fondamentales de l’hygiène du corps social…

Considérant est élu député du Loiret. Il écrit un grand texte Le socialisme devant le vieux monde ou le vivant devant les morts (1849). Réélu en mai 1849, il organise en juin la grande manifestation d’opposition démocrate à la politique romaine et italienne du président Louis Napoléon Bonaparte. Après l’échec de cette insurrection, il fuit en Belgique car il est inculpé de haute trahison, puis condamné à la déportation. Il a 41 ans.

victorconsiderantLe prophète déchu

Commence alors pour lui une autre vie, celle d’un prophète déchu. Il part aux Etats-Unis en compagnie de sa femme Julie, la fille de Clarisse Vigoureux, militante fouriériste de la première heure. Il rencontre les groupes fouriéristes américains et fonde au Texas le phalanstère appelé Réunion. L’entreprise échoue. Considérant est abattu. Il revient en Europe, voit ses amis, retourne aux Etats-Unis.

En 1869, il rentre en France, adhère à la Première Internationale, analyse remarquablement les impasses de la politique impériale, prévoit la défaite de 1870. Il est l’un des premiers théoriciens à préconiser l’instauration d’une commune libre à Paris. Jusqu’à la fin de sa vie, jouissant d’un grand prestige, il est le conseiller de nombreux jeunes républicains.

A sa mort, en 1893, Jaurès, les socialistes français, les communards, étudiants, journalistes, amis, tous l’accompagnent en foule au cimetière du Père Lachaise. Ainsi disparaît le disciple par excellence de Charles Fourier, qui pendant près de 70 ans, grâce à son travail militant, à la clarté de sa pensée et de son discours, a fait connaître le Fouriérisme dans le monde entier.

Lien Permanent pour cet article : http://lycee-college-considerant.fr/victor-considerant-1808-1893/